Edith

Publié le par Renée G.

Il est beaucoup question d'Edith Piaf en ce moment. Au cinéma, à la télé, à la radio où l'on peut entendre les éternels standards de la môme. Une amie m'a offert - au bon vieux temps des cassettes - un enregistrement de la chanteuse. Depuis tant d'années, la bande s'est bien altérée ; j'ai eu quelques difficultés pour prendre en sténo les paroles de cette chanson dont je ne connais ni le titre exact ni le nom de l'auteur. Mais je l'adore et regrette de ne pouvoir vous faire profiter de la musique qui est fort belle.

"J'habite un coin du vieux Montmartre,
Mon pèr' rentre saoul tous les soirs,
Et pour nous nourrir tous les quatre,
Ma pauvr' mère travaille au lavoir.
Moi, j'suis malade,
J'reste à la fenêtre,
J'regarde passer les gens d'ailleurs,
Quand le jour vient à disparaître
Y'a des choses qui m'font un peu peur.

Dans ma rue, y'a des gens qui s'promènent
J'les entends chuchoter dans la nuit
Quand j'm'endors bercée par un' rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris,
Des coups d'sifflet
Des pas qui traînent
Qui vont et viennent
Puis le silence qui me fait froid dans tout le coeur.

Dans ma rue, y'a des ombres qui s'promènent
Et je tremble, et j'ai froid et j'ai peur.

Mon pèr' m'a dit un jour "Ma fille,
Tu ne vas pas rester là sans fin,
T'es bonne à rien, çà c'est d'famille,
Fraudrait voir à gagner ton pain.
Les hommes te trouvent plutôt jolie,
Tu n'auras qu'à sortir le soir,
Y'a bien des femmes qui gagnent leur vie
En s'baladant sur le trottoir."

Dans ma rue, y'a des femmes qui s'promènent,
J'les entends fredonner dans la nuit
Quand j'm'endors bercée par une rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris,
Des coups d'sifflet
Des pas qui traînent
Qui vont et viennent
Puis le silence qui me fait froid dans tout le coeur.

Dans ma rue, y'a des femmes qui s'promènent
Et je tremble, et j'ai froid et j'ai peur.

Et d'puis des s'maines et des s'maines
J'n'ai plus de maison,
J'n'ai plus d'argent
J'n'sais pas comment les autres s'y prennent
Mais j'ai pas pu trouver d'clients.
J'demande l'aumône aux gens qui passent,
Un morceau d'pain, un peu d'chaleur
J'ai pourtant pas beaucoup d'audace
Maint'nant c'est moi qui leur fait peur.

Dans ma rue, tous les soirs j'm'promène
On m'entend sangloter dans la nuit
Quand le vent jette au ciel sa rengaine
Tout mon corps est glacé par la pluie.
Mais j'en peux plus
J'entends qu'on m'laisse
Que le Bon Dieu vienne
Pour m'réchauffer tout près de lui.
Dans ma rue, y'a des anges qui m'emmènent
Pour toujours mon cauch'mar est fini."

Publié dans Un peu de tout

Commenter cet article

Laurelyne 02/03/2007 10:20

J'adore Edith Piaf , je l'ai vu au cinema , je suis ressortie en larmes !
Ses chansons lui allaient à merveilles , on sentait vraiment quand elle chantait , qu'il y avait du vécu ....
Ma petite Renée , je viens pour t'inviter à écrire un petit mot à ta grand-maman ......un hommage !
C'est pour mon concours de Mars .
Si le coeur t'en dit ...je t'attend sur mon blog pour plus d'expliquations .
BISOUS LOLO 

cricri 02/03/2007 09:32

Mais elle est d'une tristesse cette chanson....................bouoooooooh,ça va me faire pleurer!c'était beau mais c'était triste!