Les vieilles

Publié le par Renée G.

 

Têtes blanches ou grisées,
Aux cheveux raides ou frisés,
Elles sont là, les vieilles,
Assises dans un fauteuil,
A l'ombre du tilleul,
Une canne entre les mains noueuses,
Un gilet réchauffant les épaules frileuses.

Elles sont là, les vieilles,
Par groupes de deux ou trois,
Ou solitaires, le regard droit.
A quoi pensent-elles, les vieilles ?
De quoi parlent-elles, les vieilles ?
Du temps ancien, du temps passant ?
De leur défunt, de leurs enfants ?
Elles attendent le cœur impatient,
La venue d'un voisin, d'un parent.

Elles sont là, les vieilles.
Travailleuses affairées, épouses aimées,
Mamans attentives et dévouées,
Qui étaient-elles, les vieilles ?
Mères aux yeux rougis,
Par des "comment", par des" pourquoi",
Mères aux yeux rougis,
Sur une tombe fleurie de lilas ?
Mères aux sourires émerveillés
Surveillant le petit dernier ?

Que de joies, que de peines pour vieillir !
Que d'hivers, de printemps avant de s'enfuir !

Elles sont là, les vieilles.
Hier, c'est déjà loin,
Aujourd'hui ou demain
Pour ces silhouettes voûtées, quelle importance
Quand il n'y a plus d'espérance.
L’instant présent ne se retient plus,
L'avenir ne leur appartient plus.

Elles sont là, les vieilles.
Mais par un matin pluvieux,
Une porte pour toujours se fermera…
Sur quels regrets, sur quels secrets ?
Et dans le froid glacial, tu resteras,
Fixant le vide, la brume aux yeux…
Un geste de fatalité… Un sanglot… Le dernier…
"Elle n'est plus là, ma vieille."

Renée G.
Mardi 16 octobre 2001

Commenter cet article

Marie-Suzanne 15/10/2009 23:08


Quelle magnifique poésie !


Sissipaillette 25/06/2006 20:07

J'ai relu ce poème et il me touche toujours autant.
 
Bisous

Sissipaillette 27/05/2006 18:01

j'aime beaucoup ce poème. Quand je l'ai lu je pouvais presque voir la lumière du regard des ces p'tites vieilles, la vie qui a marqué leur visage... c'est beau !

fuchsia 28/04/2006 20:53

J'aime beaucoup ce poème ... je vais aussi bientôt devenir une vieille... et je relirai ce poème...
Bisous.Jacqueline